You are here: Home Découvrez A Bras Ouverts L'association Accompagnateurs

Accompagnateurs

Qui sont les accompagnateurs d'A Bras Ouverts ? Témoignage

Accompagnement Les accompagnateurs sont des étudiants et jeunes professionnels.

Pour leur premier départ avec l’association, ils ont entre 18 et 35 ans et ils n’ont pas besoin de formation particulière. Ils doivent juste avoir envie de vivre un week-end dans la joie de la rencontre avec l’autre.

Certains accompagnateurs connaissent déjà de près ou loin le monde du handicap et d’autres vont le découvrir avec A Bras Ouverts.

Témoignage

Voilà maintenant deux ans que je connais A Bras Ouverts. J’y suis venu la première fois car quelques amis m’en avaient parlé et aussi par curiosité. Les premiers week-ends ont été très dépaysants, je ne connaissais pas les enfants et je redoutais un peu leurs réactions. J’avais à la fois envie d’aider, de participer et en même temps, je me sentais plutôt maladroit. Forcément, le fait de se retrouver dans cette situation fait réfléchir…on devient à la fois accompagnateur et celui qui a besoin d’être accompagné ! Je pense que cette relation d’entraide fait d’ABO une grande famille fraternelle. Les enfants, en dépit de leur handicap plus ou moins lourd, rayonnent d’une vraie joie et à plusieurs reprises, cela m’a fait réfléchir. Une jeune par exemple n’a ni père, ni mère et quand elle vient nous rejoindre c’est en poussant des cris de joie. Au vu de cette leçon de vie, comment puis-je parfois avoir un tempérament capricieux ou un cœur triste ?

L’attention pleine de douceur et de prévoyance d’un accompagnateur envers le jeune qu’il accompagnait m’a aussi fait réfléchir sur le comportement que j’avais avec mon binôme.N’étais-je pas un peu trop frivole, dur ou réticent ? Tous ces manquements touchent au respect de l’autre et j’ai pris conscience de cela plus que jamais au sein d’ABO. Avoir un respect profond envers les plus petits, envers ses frères, c’est les aimer pus fort et en quelque sorte les faire exister plus intensément. SI l’on n’est pas aimé, on n’existe pas vraiment.

Il est vrai que parfois, il faut se faire violence pour sortir de ses habitudes et consacrer un week-end complet à accompagner les jeunes. Ceci dit, je suis toujours revenu plus heureux qu’en partant et avec encore plus d’amitié et d’affection pour les enfants. Il m’arrive souvent de penser à eux en dehors des week-end. Les enfants m’ont permis de vivre de vrais moments de fête avec beaucoup de simplicité et sans doute de devenir un peu plus sincère dans ma vie de tous les jours.

 

Devenir accompagnateur / contact